Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Le lait maternel de mère vaccinée contre la COVID-19 contient des anticorps spécifiques

Au même titre que la population générale adulte, la vaccination avec un vaccin à ARNm est recommandée pour la femme enceinte depuis le printemps 2021 en France.

Plusieurs études ont montré que le lait de mères ayant été contaminées par le SARS-Cov2 est une source d’IgA et d’IgG spécifiques du virus, mais peu de données existent encore chez la mère vaccinée.

Imprimer l'article

La vaccination chez la femme enceinte ou allaitante

Le système immunitaire du nouveau-né étant immature, la vaccination de la mère enceinte ou allaitante peut être une stratégie pour protéger l’enfant. En général le vaccin entraîne une protection à travers l’induction d’anticorps spécifiques. On sait notamment que le vaccin contre la coqueluche au 2eme ou troisième trimestre de grossesse, ou immédiatement après la naissance, entraine une sécrétion d’IgA spécifique dans le lait maternel.

Une étude prospective observationnelle réalisée auprès de 22 professionnelles de santé en Floride entre décembre 2020 et mars 2021

Des mères allaitantes ont reçu un vaccin à ARNm (Pfizer/BioNTech ou Moderna) et des prélèvements de sang et de lait maternel ont été effectué avant la vaccination, 12 à 30 jours après la 1ere dose et 7 à 10 jours après la 2nde dose de vaccin.  Les anticorps IgA et IgG ont été mesurés dans le lait et le sérum par test ELISA.

Des anticorps IgA et IgG spécifiques présents dans le lait maternel et le plasma

Les IgA spécifiques étaient présents dans le sérum après la vaccination et sécrétés dans le lait maternel avec une progression entre la 1ere et la 2eme injection. 85% des participantes étaient positives aux IgA spécifique du SARS -Cov2 dans le lait maternel après une vaccination complète, ce qui est supérieure à la réponse obtenue après une infection (76-80%).

100% des échantillons de lait et de sérum étaient positifs aux IgG spécifiques avec une progression entre la 1ere et la 2eme injection, le pic ayant lieu 7 à 10 jours après la dernière injection.

La vaccination maternelle contre le SARS-Cov 2 pour protéger le nourrisson

La réponse immunitaire robuste observée dans cette étude permet d’envisager une protection non seulement de la mère mais également de son enfant par le biais d’une transmission passive des IgA via le lait maternel. Le potentiel de la vaccination maternelle pour la protection de l’enfant et sa capacité à produire ses propres défenses contre le SARS-Cov2 reste encore à évaluer.

Source: Detection of SARS-CoV-2-Specific IgA in the Human Milk of COVID-19 Vaccinated Lactating Health Care Workers Vivian Valcarce, Lauren Stewart Stafford, Josef Neu, Nicole Cacho, Leslie Parker, Martina Mueller, David J. Burchfield, Nan Li, and Joseph Larkin III Breastfeeding Medicine 2021

Imprimer cet article

Accès au site et documents
exclusivement réservés à l'usage
des professionnels de santé

Nestlé
 
Le message

Retourner en haut de page
Fermer la popin

Avis important

Le lait maternel est l’aliment idéal du nourrisson car il convient le mieux à ses besoins spécifiques. Une bonne alimentation de la mère est importante pour la préparation et la poursuite de l’allaitement au sein. L’allaitement mixte peut gêner l’allaitement maternel et il est difficile de revenir sur le choix de ne pas allaiter. Les implications socio-économiques doivent également être prises en considération dans ce choix. En cas d’utilisation d’un lait infantile, lorsque la mère ne peut ou ne souhaite pas allaiter, il importe de respecter scrupuleusement les indications de préparation et d’utilisation et de suivre l’avis du corps médical. Une utilisation incorrecte pourrait présenter un risque pour la santé de l’enfant.

ACCÈS AU SITE ET DOCUMENTS EXCLUSIVEMENT RÉSERVÉS À L'USAGE DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Fermer la popin

Informations réservées
aux professionnels
de santé,
pour y accéder :

je me connecteje m'inscris