Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Vitamine D, immunité et infection

La pandémie de Covid-19 a suscité un regain d’intérêt pour cette vitamine aux propriétés immunitaires trop souvent oubliées.

Imprimer l'article

Un regard neuf

La vitamine D est un micronutriment majeur dans la modulation des réponses immunitaires.  L’épidémie de Covid-19 a vu ce rôle revenir fortement au premier plan. Étant donné que la carence en vitamine D est courante et répandue dans toutes les régions du monde, bien comprendre les implications de la vitamine D dans la modulation du système immunitaire et sa réponse aux infections est apparu comme essentiel à de nombreux chercheurs et cliniciens.

Un immuno-régulateur puissant

Pour des raisons de simplification nous entendrons par vit D, la forme active de la vitamine D : la 1,25-dihydroxyvitamine D3. Des récepteurs de la vitamine D ont été identifiés dans la plupart des cellules immunitaires. Certaines de ces cellules peuvent même synthétiser directement la forme active de la vitamine D à partir de son précurseur, suggérant que la vitamine D est susceptible d'avoir des propriétés immunorégulatrices importantes. La vitamine D améliore l'intégrité épithéliale et induit la synthèse de peptides antimicrobiens dans les cellules épithéliales et les macrophages, améliorant directement la défense de l'hôte. De plus, la vitamine D favorise la différenciation des macrophages et augmente leur phagocytose, ainsi que la production de superoxydes et la destruction bactérienne. Elle facilite aussi la présentation de l'antigène aux cellules dendritiques et influence l’équilibre lymphocyte T1/T2, vraisemblablement en augmentant le nombre de lymphocytes T régulateurs. Une revue systématique et méta-analyse de l'influence du statut en vitamine D sur la vaccination antigrippale (neuf études impliquant 2367 individus) a montré une séroprotection plus faible aux virus de la grippe A de sous-type H3N2 et de la grippe B chez les personnes déficientes en vitamine D.

L’intérêt de la vitamine D confirmé à travers de nombreuses études

De nombreuses études nationales, notamment en Angleterre et aux Etats-Unis ainsi que des méta-analyses, ont aussi montré une corrélation négative entre risque d’infections respiratoires et statut en vitamine D. Une étude interventionnelle japonaise semble confirmer aussi ces faits : une supplémentation de vitamine D à des écoliers pendant 3 mois d'hiver a diminué le risque de grippe d'environ 40 %.

Enfin, une revue toute récente du Lancet a confirmé les effets protecteurs de la vitamine D dans des études où la vitamine était administrée en utilisant un schéma posologique quotidien, à des doses quotidiennes de 400 à 1 000 UI, pour une durée de 12 mois ou moins, pour des enfants âgés entre 1 et 15 ans.

En conclusion 

La carence en vitamine D est courante mais est facilement évitable. La vitamine D est importante pour le fonctionnement du système immunitaire et influence notamment la sécrétion de molécules bactéricides et virucides. Une corrélation négative entre taux en vitamine D et risque d'infections virales des voies respiratoires a aussi été observée dans de nombreux pays. Toutefois, concernant le COVID-19, les preuves restent peu concluantes jusqu’à présent.

Références

The Relationship Between Vitamin D and Infections Including COVID-19: Any Hopes? R. Tah et al. International Journal of General Medicine 2021:14 3849–3870

Calder PC. Nutrition, immunity and COVID-19. BMJ Nutrition, Prevention & Health 2020;3: e000085. pp 74-82 , doi:10.1136/bmjnph-2020-000085

• Lancet Diabetes Endocrinol. 2021 Mar 30:S2213-8587(21)00051-6

Imprimer cet article

Accès au site et documents
exclusivement réservés à l'usage
des professionnels de santé

Nestlé
 
Le message

Retourner en haut de page
Fermer la popin

Avis important

Le lait maternel est l’aliment idéal du nourrisson car il convient le mieux à ses besoins spécifiques. Une bonne alimentation de la mère est importante pour la préparation et la poursuite de l’allaitement au sein. L’allaitement mixte peut gêner l’allaitement maternel et il est difficile de revenir sur le choix de ne pas allaiter. Les implications socio-économiques doivent également être prises en considération dans ce choix. En cas d’utilisation d’un lait infantile, lorsque la mère ne peut ou ne souhaite pas allaiter, il importe de respecter scrupuleusement les indications de préparation et d’utilisation et de suivre l’avis du corps médical. Une utilisation incorrecte pourrait présenter un risque pour la santé de l’enfant.

ACCÈS AU SITE ET DOCUMENTS EXCLUSIVEMENT RÉSERVÉS À L'USAGE DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Fermer la popin

Informations réservées
aux professionnels
de santé,
pour y accéder :

je me connecteje m'inscris