Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Une étude a analysé les liens potentiels entre alimentation pendant la grossesse et trajectoire de croissance

Déterminer ce qui influence une prise de poids trop rapide dans la petite enfance, facteur de risque d’obésité ultérieure, permettrait de développer de nouvelles stratégies de lutte contre l’obésité de l’enfant et de l’adulte. Les mécanismes programmant le métabolisme, la croissance et les comportements alimentaires sont sensibles aux influences in utero.

Une étude du Dr Carmen Monthé-Drèze et al. a analysé les liens potentiels entre l’alimentation de la mère pendant la grossesse et la trajectoire de croissance de la petite enfance et jusqu’à l’adolescence.

Imprimer l'article

Etude Project Viva (Boston, USA) sur 1459 paires mère-enfant

Trois indices ont été calculés à partir de questionnaires alimentaires pour évaluer l’alimentation maternelle : le Dietary Inflammatory Index (DII®)(1), le score du régime méditerranéen(2) et le « Alternate Healthy Eating Index-for Pregnancy (AHEI-P)(3) ». Le poids, la taille et l'indice de masse corporelle (IMC) de l’enfant ont été mesurés et calculés à plusieurs reprises entre la naissance et l'adolescence et mis en corrélation avec les trois indices évaluant l’alimentation maternelle.

L'alimentation de la mère pendant la grossesse peut avoir un impact à long terme sur les trajectoires de poids des enfants.

Un régime avec un potentiel inflammatoire plus élevé chez la mère était associé à une augmentation plus importante du z-score de l’IMC chez les enfants de trois à dix ans. De plus, une plus faible adhésion à un régime de type méditerranéen pendant la grossesse était associée à des z-scores de l’IMC plus élevés pendant l'adolescence. Fait intéressant, le score de l’AHEI-P ne prédisait pas la trajectoire de croissance de l’enfant.

Une alimentation saine pendant la grossesse est importante pour la santé de la mère comme de l’enfant.

Pour assurer une croissance adéquate, un régime méditerranéen devrait être envisagé pendant la grossesse, car il a un faible potentiel inflammatoire. Ce régime est riche en légumes, fruits, légumineuses, noix, poissons à faible teneur en mercure et huiles végétales de bonne qualité, aliments sources de vitamines (D, B9, C...), d'acides gras polyinsaturés oméga-3 et d'autres nutriments. Outre le métabolisme de l'enfant en pleine croissance, l’alimentation de la mère pendant la grossesse peut aussi influencer ses comportements alimentaires et ses préférences alimentaires futures.

En conclusion, le régime alimentaire pendant la grossesse est un sujet d’intérêt majeur pour un meilleur suivi des mères et des enfants par les professionnels de santé

Il est important de garder à l'esprit que les besoins nutritionnels individuels pendant la grossesse varient. Les femmes enceintes ou qui envisagent une grossesse devraient consulter leur médecin et/ou sage-femme pour choisir le régime alimentaire le plus approprié pour leur santé et celle de leur enfant.

L’étude souligne également que les professionnels de santé doivent être particulièrement attentifs aux enfants à haut risque de prise de poids liés aux habitudes alimentaires de la mère pendant la grossesse, en encourageant des choix alimentaires plus variés et équilibrés tout au long de la petite enfance, de l'enfance et de l'adolescence.

 

(1) index tenant compte de l’impact inflammatoire ou anti-inflammatoires sur l’organisme des aliments. Le DII est très utilisé pour évaluer le lien entre impact inflammatoire de l’alimentation et différents paramètres de santé (cytokines inflammatoires, maladie chronique, cancers…). Cet index a fait l’objet de plus de 1900 articles de recherche.

(2) Le score du régime méditerranéen mesure le degré d’adhésion à un profil alimentaire de type méditerranéen à partir de la consommation de 8 composants principaux : consommation de légumes, de légumineuses, fruits et noix, céréales, produit laitiers, viande, le ratio acides gras monoinsaturés/saturés, et la consommation d’alcool.

(3) Le Alternate Healthy Eating Index for Pregnancy (AHEI-P) a été créé à partir de l’index Alternate Healthy Eating Index pour tenir compte des besoins des femmes enceintes. Cet index tient compte de 9 éléments évalués à 10 points chacun : légumes, fruits, ratio viande blanche/viande rouge, le ratio acide gras polyinsaturés/acides gras saturés, les fibres, les acides gras trans, l’acide folique, le calcium et le fer.

Référence

Monthé-Drèze C, Rifas-Shiman SL, Aris IM, Shivappa N, Hebert JR, Sen S, and Oken E. Maternal diet in pregnancy is associated with differences in child body mass index trajectories from birth to adolescence. The American Journal of Clinical Nutrition, nqaa398, https://doi.org/10.1093/ajcn/nqaa398.

Imprimer cet article

Ça m'intéresse

Accès au site et documents
exclusivement réservés à l'usage
des professionnels de santé

Nestlé
 
Le message
Retourner en haut de page
Fermer la popin

Avis important

Le lait maternel est l’aliment idéal du nourrisson car il convient le mieux à ses besoins spécifiques. Une bonne alimentation de la mère est importante pour la préparation et la poursuite de l’allaitement au sein. L’allaitement mixte peut gêner l’allaitement maternel et il est difficile de revenir sur le choix de ne pas allaiter. Les implications socio-économiques doivent également être prises en considération dans ce choix. En cas d’utilisation d’un lait infantile, lorsque la mère ne peut ou ne souhaite pas allaiter, il importe de respecter scrupuleusement les indications de préparation et d’utilisation et de suivre l’avis du corps médical. Une utilisation incorrecte pourrait présenter un risque pour la santé de l’enfant.

ACCÈS AU SITE ET DOCUMENTS EXCLUSIVEMENT RÉSERVÉS À L'USAGE DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Fermer la popin

Informations réservées
aux professionnels
de santé,
pour y accéder :

je me connecteje m'inscris