Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Télémédecine : une nouvelle pratique pour tous

23% des français ont déjà consulté à distance, et 87% ont été satisfaits de cette téléconsultation. Une pratique qui ne pourra qu’augmenter au cours des prochaines années, indépendamment de la pandémie. Analyse succincte des tendances.

Imprimer l'article

Imprimer l'article

Imprimer l'article

Télémédecine : un recours persistant

L'exemple de la télémédecine est frappant. En 2019, on comptabilisait 60.000 téléconsultations sur toute l'année, à comparer aux 486 369 consultations juste pour la dernière semaine de mars 2020. Le nombre de téléconsultations remboursées par semaine a atteint 1 million au plus fort de la crise, en avril, avant de revenir aux alentours de 650 000 à la fin mai. La télémédecine est ainsi devenue, en quelques semaines, un outil essentiel pour l’accompagnement et le suivi médical des patients.

Même si le volume de téléconsultations a baissé significativement depuis le début du déconfinement, il s’est maintenu à un niveau important. En juin 2020, l’assurance maladie a ainsi enregistré 521 000 téléconsultations la première semaine, puis 506 000 la suivante, 427 000 la troisième et 396 000 durant la dernière.

23% des français ont déjà téléconsulté, 87% sont satisfaits

Selon un sondage réalisé en décembre 2020 par l’institut Harris interactive, 23% des français ont déjà eu recours à une téléconsultation (contre 4% en janvier 2020). Ils sont 37% pour les - de 35 ans. 37% sont cadres et/ou libéraux et 32% sont des parents.

Concernant les personnes qui ont eu recours à la téléconsultation, 87% ont été satisfaites, 80% n’y auraient pas eu recours en dehors de la crise sanitaire et 75% envisagent d’y avoir recours à nouveau même lorsque la crise sanitaire sera terminée.

L’enquête confirme l’engouement pour la téléconsultation à travers une autre approche. Les français sont en effet 67% à envisager une téléconsultation. On retrouve la même surpondération que celle des utilisateurs (80% ont moins de de 35 ans, 77% cadres et professions libérales, 76% en région parisienne, et 78% sont des parents).

Et dans le futur, pour quels motifs consulteriez-vous ?

53% des personnes interrogées pourraient avoir recours à la téléconsultation pour un enfant malade (progression la plus forte en 1 an, + 11%). Les raisons pour téléconsulter sont très nombreuses : renouvellement d’ordonnance, suivi de pathologies chroniques, en passant par l’indisponibilité du médecin traitant, voire un second avis médical.

A la question : en cas d’absence de votre médecin traitant, quelle option choisissez-vous, ils sont 46% à préférer voir un autre médecin en se rendant à son cabinet (56% pour les + 65 ans), 22% à consulter un autre médecin via une téléconsultation médicale et 31% à n’avoir aucune préférence entre les deux solutions (37% pour les 50-64 ans). N’oublions pas que les consultations par téléphone ont pris fin avec la fin de l'état d'urgence sanitaire le 11 juillet 2020.

Conclusion

La consultation à distance apparaît comme une pratique médicale incontournable dans le futur. Tous les indicateurs et sondages montrent une tendance importante à son utilisation actuelle et à venir. Patients et médecins reconnaissent cependant qu’elle ne remplacera jamais la consultation « réelle », mais que les deux pratiques sont amenées à cohabiter en fonctions des besoins et nécessités de chacun.

Article rédigé par J. Varèse

Références

  • https://www.capital.fr/votre-argent/ce-que-couteront-les-teleconsonsultations-a-lassurance-maladie-en-2021-1382683
  • Baromètre : Les Français et la téléconsultation –VAGUE 3 Nov-dec 2020 Harris interactive pour LIVI
Imprimer cet article

Ça m'intéresse

Accès au site et documents
exclusivement réservés à l'usage
des professionnels de santé

Nestlé
 
Le message
Retourner en haut de page
Fermer la popin

Avis important

Le lait maternel est l’aliment idéal du nourrisson car il convient le mieux à ses besoins spécifiques. Une bonne alimentation de la mère est importante pour la préparation et la poursuite de l’allaitement au sein. L’allaitement mixte peut gêner l’allaitement maternel et il est difficile de revenir sur le choix de ne pas allaiter. Les implications socio-économiques doivent également être prises en considération dans ce choix. En cas d’utilisation d’un lait infantile, lorsque la mère ne peut ou ne souhaite pas allaiter, il importe de respecter scrupuleusement les indications de préparation et d’utilisation et de suivre l’avis du corps médical. Une utilisation incorrecte pourrait présenter un risque pour la santé de l’enfant.

ACCÈS AU SITE ET DOCUMENTS EXCLUSIVEMENT RÉSERVÉS À L'USAGE DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Fermer la popin

Informations réservées
aux professionnels
de santé,
pour y accéder :

je me connecteje m'inscris